A propos

Gaïa & Compagnie est une marque de mode pour bébé espiègle, qui joue avec les imprimés et revisite plusieurs pièces, comme le kimono ou le bloomer à la sauce française. 

Mais qui se cache derrière Gaïa & Compagnie ?

Derrière ces espiègleries, se cache Mathilde, maman de la petite Gaïa (la petite fille sur les photos), styliste/modéliste et détentrice d’un BTS Industrie des Matériaux Souples. 

Tout commença lorsque j’étais enceinte, et recherchait des habits pour mon bébé à venir. Mais, j’avais des critères biens précis comme pas de rose/bleu, de l’unisexe et des coupes minimalistes.

Malgré le nombres d’enseignes proposant de la mode bébé, rien de me convenait. Trop de couleurs fille/garçon, trop de chichis, trop classique… Je me suis donc mise à plancher sur des habits pour bébé non genrées.

Adorant la culture japonaise, je me suis s’inspirée d’un habit traditionnel : le Jinbei (vêtement de nuit et/ou d’intérieur, souvent composé d’un kimono et d’un bas).  Je l’ai revisité en lui donnant un côté plus frenchie notamment avec l’association de différents imprimés graphiques et en l’associant au bloomer (pièce très classique et vintage). 

Poussée par le père de ma petite tornade de loutre alias, Gaïa, je me suis lancée dans l’aventure de la micro-entreprise en Septembre 2018, avec ma marque Gaïa & Compagnie, qui, comme vous l’aurez deviné, porte le prénom de ma fille. 

 

Et la fabrication dans tout ça ?

Toutes les pièces sont faites mains : du patronage à la couture, du stylisme à la coupe, je fais absolument tout moi-même aidée de ma fidèle machine à coudre : ma bernina 1008 et de son amie la surjeteuse Toyota, dans mon petit atelier non loin d’Aix-en-Provence !

Les tissus que j’utilise dans la fabrication de mes pièces sont en majorité du 100 % coton. Parfois vous trouverez des tissus certifiés Oeko-Tex ou du lin provenant d’une coopérative marocaine. 

J’effectue toujours des tests sur les tissus au préalables (lavage, rétrécissement, dégorgement…), et les nouveaux modèles sont toujours expérimentés par ma chère Gaïa afin de déceler le moindre défaut, une gêne ou autre.